Ventes aux enchères > Collectivités et établissements publics > Consulter la presse

Média Vendeur

Côtes d'Armor. Ces villes qui vendent leurs affaires aux enchères.

Ouest France, le 28 janvier 2016

Pour se délester du vieux matériel, des collectivités locales ont recours au site brestois Webencheres.com. Perros-Guirec s'y essaie depuis quinze jours.

De la tonne à lisier (630 €) au vieux projecteur (74 €), en passant par des camions poubelles ou des diapositives très anciennes : les ventes de la Ville de Perros-Guirec (Côtes-d'Armor), lancées il y a quinze jours sur le site Internet de Webenchères.com, sont pour le moins éclectiques. Et commencent déjà à ferrer les bricoleurs, chineurs, collectionneurs. « On a déjà 11 enchères sur les diapos, la cabane de chantier, la tonne à eau, une chaise pour bébé… »,énumère Jérôme Guéna, le responsable des services techniques de Perros-Guirec.

[...]

Lire le reste de l'article sur le site de Ouest France : http://bit.ly/1UsOiIV


Mairie de Perros-Guirec

http://bit.ly/1UsOiIV

https://www.webencheres.com/perros-guirec

Versailles vend son matériel aux enchères

Le Parisien, le 27 janvier 2016

La ville de Versailles organise, pour la septième année consécutive et pour la 1e fois cette année, une vente aux enchères publiques du matériel dont elle se sépare. Il s'agit principalement de biens informatiques (écrans, photocopieurs…), de biens d'équipement infantile (lits…), de biens issus du parc automobile (véhicules, nettoyeurs haute pression, tondeuse…) et de mobilier (chaises, fauteuils…).

La vente se déroule sur le site www.webencheres.com, jusqu'au lundi 8 février. Renseignements : venteauxencheres@versailles.fr


Ville de Versailles

http://bit.ly/1KcvlcY

https://www.webencheres.com/versailles

Tourcoing : la Ville se lance dans le web enchères !

La Voix du Nord, le 26 janvier 2016

Comme beaucoup d'autres collectivités locales, la municipalité de Tourcoing s'est lancée dans le web enchères. De la voiture de fonction au bureau de travail, en passant par une tondeuse ou une ancienne balance de puériculture, l'adresse Internet permet aux particuliers de saisir de bonnes occasions et à la mairie d'aérer son stock.

Depuis le 1er novembre, la Ville de Tourcoing propose régulièrement à la vente tout une série d'articles dont elle souhaite se séparer. Sur ce « Bon Coin » municipal, on peut enchérir sur des voitures, scooters, lots de chaises, buffets… mais aussi un éventail de matériel à usage des collectivités (four électrique, cuve, tapis roulant…).

« Nous sommes en constante restructuration, explique Christophe Desbonnet, adjoint aux affaires administratives. D'un côté, nous avons du matériel qui est sous-utilisé, mal utilisé ou plus du tout utilisé. Nous avons donc décidé de nous en séparer. De l'autre, cela nous permet non seulement de faire une économie pour réinvestir, mais aussi d'agir dans le sens du développement durable en recyclant ce matériel. De plus, cette démarche participe à la vente et à la gestion transparente des biens publics », estime l'élu.

Quand le matériel d'un service s'avère « non effectif ou pas assez performant », il regagne donc le stock de mise en vente. Comme de nombreuses autres collectivités locales, la municipalité fait appel à une société basée à Brest, « à qui nous envoyons tous les éléments » et qui se charge de la mise en forme et de mise en ligne des biens à vendre. Qui sont les acheteurs ? « Des collectivités, des professionnels, des particuliers à la recherche de bonnes affaires », énumère Ch. Desbonnet.

« Nous ne sommes pas dans une logique commerciale »

Par délibération du conseil municipal, les mises à prix de départ ne peuvent pas dépasser le montant maximum de 4 600 €. « Au-delà, il faudra en passer par une nouvelle délibération. » Mais la fourchette des prix est large : lors de la dernière vente en ligne, un caisson à roulettes a été emporté pour 5 € ; des bureaux pour 10 € ; une armoire à classeur pour 30 €… « Ce sont toujours de bonnes affaires car le matériel ayant déjà été amorti, la mise à prix est forcément basse. »

Parce que les enchères ne sont lancées que depuis novembre dernier, la Ville n'a pas encore assez de recul pour estimer ce qui part le mieux ou le montant total encaissé jusqu'ici. « De toute façon, nous ne sommes pas dans une logique commerciale ; il s'agit juste pour nous de faire profiter de bons plans, tout en alimentant une caisse commune qui nous permettra d'investir ailleurs. »

Adresse Internet : www.webencheres.com/tourcoing

Florence MOREAU

Photomontage : Hubert Van Maele


Mairie de Tourcoing

bit.ly/1S8uOfi

https://www.webencheres.com/tourcoing

Pont-à-Mousson : la ville mise sur les enchères

L'est Républicain, le 26 janvier 2016

La pratique serait du « gagnant-gagnant ». Depuis quelques semaines, à l'instar de nombreuses autres communes de France, la mairie de Pont-à-Mousson a souhaité mettre en vente son matériel réformé, ou qui n'est tout simplement plus en usage.

« Et faut voir tout ce que l'on vend », glisse, plein d'enthousiasme, Mickaël Steckmann, le directeur de cabinet du maire de Pont-à-Mousson. Ici, l'antique voiture de service de Pierre Blanchard, le directeur général des services, a trouvé preneur à 2.815 euros, là où la mise à prix était de 2.000 billets.

Sur une autre page, c'est une vieille motobineuse, dotée d'un réservoir de moto populaire d'après-guerre qui a changé de mains, contre 131 euros. Mieux. Un lot de radiateur s'est disputé avec force de 19 enchères. « Mis à prix 40 euros, c'est tout de même parti à 300 euros. Ce n'est vraiment pas du gaspillage », jure le directeur de cabinet, tandis que Laurence Ferrero, la première adjointe, plébiscite elle aussi le dispositif. « En plus de rapporter de l'argent à la ville, cela rend service aux gens », explique cette dernière, mettant en avant cette procédure permettant de valoriser le moindre centime. « On récupère de l'argent où l'on peut », jure-t-elle encore.

Contenir le budget

Ailleurs. À Nomeny notamment, il y a quelques semaines, c'étaient des bancs d'école qui étaient proposés à la population via les réseaux sociaux. Là encore, l'aspect financier a été pris en compte mais pas seulement. Dans ce genre d'objets, en provenance d'écoles ou d'anciens cinémas, c'est aussi l'aspect affectif qui incite les habitants à racheter ce petit bout de leur enfance.

De petits trésors de chineurs, qui autrefois pouvaient refaire surface au détour des bennes de tri ou de ventes auprès de professionnels. La crise étant passée par là, désormais, le plus infime objet est mis en vente. Ainsi, sur web-enchères, on trouve aussi une imprimante partie à 11 euros. Gageons que d'autres devraient suivre avec l'impression qui se fait désormais en réseau, sur une grosse photocopieuse collective. De même que quelques téléphones portables.

À noter qu'une page vient également d'être ouverte au nom de la communauté de communes du Bassin de Pont-à-Mousson. Que les chasseurs de bonnes affaires ne s'y précipitent pas tout de suite, aucun objet n'a pour l'heure été mis en vente. Surtout pas une balayeuse publique, comme c'est le cas ailleurs dans d'autres communes.

Quoi qu'il en soit, du plus gros au plus petit objet. La démarche est bénéfique pour la ville, tout autant que pour le contribuable qui voit, par ce biais, une façon de contenir le budget de sa ville.

De là, à compenser la baisse des dotations de l'Etat, il faudra pourtant encore pléthore de ventes similaires. Mais ne dit-on pas « les petits ruisseaux font les grandes rivières ? »

A voir toutes les offres de la ville ou de la com'com en tapant sur la page webenchères/pont-à-mousson, ou Bassin de Pont-à-Mousson.

Emmanuel VACCARO


Mairie de Pont-à-Mousson

bit.ly/1RKJDnH

https://www.webencheres.com/pont-a-mousson

Quand la ville de Nogent-le-Rotrou met son matériel municipal aux enchères sur le web...

La ville de Nogent-le-Rotrou profite du site pour vendre à des particuliers du matériel rendu obsolète pour le personnel municipal.

Sur Internet, via le site spécialisé webenchères.com, le matériel communal à la chance de s'offrir une seconde vie. L'occasion pour des particuliers d'accéder à du matériel réformé par la Ville de Nogent-le-Rotrou. Du matériel professionnel d'occasion mais certifié en bon état mis en vente à des prix tout à fait compétitifs.

Pour ce faire, rien de plus simple, il suffit de s'inscrire en créant un compte gratuit sur le site. « Ensuite, il y a plusieurs catégories auxquels les internautes ont accès », explique Marie-Claude Benoit-Mousseau, adjointe au maire en charge de la gestion des finances locales. « On peut trouver de tout sur ce site. En ce qui nous concerne, c'est essentiellement du matériel qui vient des services techniques. »

10.000 euros de bénéfices en 2015

Et notamment du service des espaces verts. « Il faut savoir que le matériel s'use rapidement quand il faut multiplier les gros travaux. Mais il faut aussi remplacer des machines qui ne sont plus appropriées au quotidien de nos agents à cause de l'évolution des normes de sécurité. » C'est ainsi que sur l'année 2015, la ville a réalisé deux bonnes affaires en vendant des tondeuses. Mise à l'enchère à 800 euros, l'une d'entre elle a été acquise pour 3.000 euros. « Toutes les économies sont bonnes à faire. »

En plus de l'aspect financier, ce système permet de déstocker. « C'est aussi un engagement sur le terrain du développement durable. Nous ne créons pas de déchets supplémentaires à gérer en donnant une nouvelle vie à ce matériel. »

Échelles, pièces détachées, chaises, meubles, outils informatiques. Les particuliers trouvent de tout sur le site. « Du matériel qui vient des écoles, des cuisines collectives, des salles de spectacle. On peut tout mettre en vente. Y compris des véhicules utilitaires. J'ai vu sur certaines collectivités des enchères sur des bus. »

Des ventes qui sont opérées en totale transparence puisque la règle est simple : c'est la meilleure enchère qui obtient le produit. Mais attention dès lors qu'une enchère est validée, c'est un contrat qui unit l'enchérisseur et la collectivité. La ville de Nogent-le-Rotrou a réalisé sa meilleure année avec 2015 en réalisant une dizaine de transactions pour un bénéfice d'un peu plus de 10.000 euros.

Gwenaël Baptista


Mairie de Nogent-le-Rotrou

bit.ly/1ndb50s

https://www.webencheres.com/nogent-le-rotrou

Sarthe. Le Département vend 120 objets et véhicules aux enchères sur internet.

Le Maine Libre, le 5 novembre 2015

Après Le Mans Métropole, c'est le Département de la Sarthe qui a décidé de se délester aux enchères d'objets réformés. Sur le site Webenchères, ce sont 120 objets techniques et véhicules qui seront à vendre, du 9 au 20 novembre. Mais les articles sont déjà visibles sur www.webencheres.com/departement-sarthe

Le Département précise que ces enchères sur le web sont accessibes à tous. Les 120 objets à vendre sont du matériel professionnel réformé pour espaces verts ou entretien routier : saleuses, faucheuses, débroussailleuses, tronçonneuses, tracteurs agricoles, remorques, mais aussi 25 véhicules ou utilitaires (Renault Kangoo, Clio, Boxer...).


Département de La Sarthe

Le Maine Libre

https://www.webencheres.com/departement-sarthe

Châtellerault, la ville vend tout sur internet !

Centre Presse, le 6 novembre 2015

La collectivité recourt au site webencheres.com pour vendre son matériel réformé. Une démarche de plus en plus plébiscitée par les acheteurs.

Sur webencheres.com, le site de vente aux enchères des mairies et des établissements publics, on trouve de tout, absolument tout. Des voitures, des fourgons, des bus, des camions, des engins de chantier, des panneaux de signalisation, du mobilier comme s'il en pleuvait, du matériel de jardin, du multimédia, des livres, des instruments de musique, des jeux pour enfants... Et même des voiliers, mis à prix par exemple 20.000€ par l'École nationale de voile de Saint-Pierre Quiberon. La liste est bien loin d'être exhaustive.

Châtellerault (ville et agglomération) adhère depuis maintenant 2009 à cette façon de vendre son matériel réformé. Dans certaines petites communes, la démarche est présentée comme un remède à la crise.

"Ça marche parce que c'est utile aux gens"

A un moment où les finances locales sont au plus mal, cela génère des (petites) ressources nouvelles. Mais pour Châtellerault, renflouer les caisses n'est pas la raison principale... La dernière vente, en avril 2015, a rapporté 45.000€, une goutte d'eau dans le budget de la collectivité.
« On s'est vraiment lancé là-dedans dans un souci de développement durable, explique Thierry Gendre, responsable des achats publics à l'agglo. Cela nous évite de mettre ce matériel en déchetterie ou de payer une entreprise de recyclage. »

Deux ventes par an

Concrètement, la collectivité organise deux ventes par an sur webencheres. « Deux mois avant, on contacte les services qui nous font remonter les objets réformés, précise Thierry Gendre. Ils nous préparent en partie les photos et les fiches. On les met sur le site en déterminant les dates de vente et leur durée. »
La participation est plus qu'encourageante. Selon les chiffres de Thierry Gendre, 70% des objets mis aux enchères trouvent ainsi preneurs. Parmi les acheteurs figurent beaucoup d'habitants de Châtellerault et des environs. « Ça marche bien, même au-delà ce qu'on pouvait penser. Ça marche parce que c'est utile pour les gens. »
Dans le top des meilleures ventes figurent le mobilier, notamment vestiaires et bureaux d'écoliers, les véhicules, le matériel mécanique, l'informatique.
La prochaine vente se déroule mi-novembre avec cette fois une soixantaine de lots de matériel de bricolage (perceuse, visseuse, compresseur...), de véhicules, de tables, chaises, bureaux... Les mises à prix démarrent à 5€!

Franck Bastard


Mairie de Châtellerault

https://www.webencheres.com/chatellerault

Vente aux enchères. L'agglo vend des voitures, une pelleteuse...

Ouest France, le 28 octobre 2015

Une nouvelle vente web enchères est organisée par Le Mans Métropole. Elle se déroulera du 29 octobre au 19 novembre 2015.

De la photocopieuse à la pelleteuse, en passant par des véhicules de tourisme, utilitaires, et du matériel informatique: imprimante laser, serveur tour, serveur rack, la collectivité met en vente ses matériels.  

Site : www.webenchères.com/Le-mans-métropole

Depuis 2009, 26 ventes en Ville et 18 en Métropole ont permis de récolter 493 170 € réinjectés dans le budget. Ces ventes aux enchères sont réalisées avec la plateforme Webenchères.  


Métropole du Mans

Ouest France

https://www.webencheres.com/le-mans-metropole

Orange vend un ring de boxe !

Vauclusematin.com, le 30 septembre 2015

Depuis quelques jours, la ville d'Orange a mis sur un site de vente aux enchères destiné aux collectivités et établissement publics, un ancien ring de boxe. Il est proposé aux enchères au prix de 800 euros.

Depuis la fermeture de l'ancien dojo de l'avenue de Verdun, route nationale 7, l'équipement sportif était dans l'attente d'un nouvel avenir. Avec l'ouverture en 2013 de la nouvelle salle des arts martiaux dans le quartier de l'Arc-de-Triomphe, ce ring de boxe devenait inutile précise-t-on du côté de la ville d'Orange.

« C'est la première fois qu'on utilise ce site (webencheres.com). Mais on sera sans doute amené à s'en servir de nouveau quand la ville souhaitera mettre en vente certaines choses dont elle n'a plus l'usage» ajoute-t-on.

Dans le descriptif, on y apprend notamment que ce ring de box pèse 235 kg et mesure quatre mètres par quatre…


Mairie d'Orange

Vauclusematin.com

https://www.webencheres.com/orange

À saisir ! Le site webencheres.com

Rue89, le 27 septembre 2015

Qui dit mieux que 800 euros pour un ring de boxe provenant tout droit de la mairie d'Orange dans le Vaucluse ? Beaucoup de monde apparemment, et le tout dans des ventes aux enchères en ligne.

Il vous reste quelques jours pour renchérir et ainsi tenter d'acquérir les modèles anatomiques dont le CHU de Caen voudrait volontiers se débarrasser – dont une demi-tête, un modèle démontable de la musculature d'un être humain, un estomac ou un organe génital masculin en deux pièces (« bon état »).

C'est le genre d'objets trouvés sur Webenchères, sorte d'eBay des collectivités territoriales. Visiter ce site équivaut à plonger dans les greniers, les hangars et les sous-sol des mairies ou autres établissements publics qui vendent aux enchères le mobilier inutilisé, de vieux ordinateurs ou des bus d'occasion plus aux normes.

Ces jours-ci, plus de 1 800 articles sont en ligne, dont un catamaran, un Minitel « en état de marche », des sacs de boules de Noël et bientôt un ring de boxe, bradé par la mairie d'Orange (Vaucluse). Prix de départ : 800 euros.

La presse locale se fait régulièrement l'écho de ces ventes : des paires de ski à Saint-Etienne, un corbillard à Carhaix (faible kilométrage, 200 euros), un drakkar lumineux au Mans, des pédalos et des cartons de pigeons d'argile à Rennes ou les voitures des anciens maires dont les collectivités se séparent. Celle de Dunkerque, vendue en décembre 2014 pour raison économique, avait des sièges chauffants.

Libérer de l'espace

Webenchères a été lancé en 2008 par une société basée à Brest qui développait des logiciels de gestion de cimetières. L'un de leurs clients, la ville du Mans, les a un jour sollicités pour créer un site de revente de mobilier réformé. Il compte aujourd'hui 200 000 visiteurs par mois.

Il met en relation des vendeurs – 900 collectivités, qui paient un abonnement annuel – et des acheteurs – plus de 50 000 inscrits, particuliers ou professionnels, qui règlent et récupèrent leurs achats sur place. Les chiffres augmentent particulièrement depuis deux ans.

La communauté de communes de Dole (Jura) vend ces jours-ci des véhicules (balayeuses, bennes à ordures, fourgon...), certains destinés à la ferraille. Interrogé par France 3, l'adjoint à la maire explique que le site permet une certaine transparence en évitant tout favoritisme. « Pour les voitures vouées à la casse, ça permet de mettre en concurrence les professionnels entre eux », ajoute Marie Le Roy, chargée de communication de Webenchères.

« C'est plus pratique, plus souple que la vente aux enchères traditionnelle que nous pratiquions par le passé » énonce au Populaire le chef des services logistiques et techniques des pompiers de Haute-Vienne. Marie Le Roy :

« Le but premier, c'est souvent de libérer de l'espace sans perdre d'argent. Rien que ça, c'est énorme. On est surpris de voir tout ce que peut entasser une collectivité... »

« On vend principalement du matériel informatique et multimédia – écrans, unités centrales et portables – à des personnes ou associations partout en France », témoigne une salariée d'un Centre communal d'action sociale (CCAS) inscrit depuis 2011.

« Avant, ça terminait à la déchetterie ou on entassait dans les sous-sol. »

Le fruit de la vente n'étant parfois pas non plus négligeable dans un contexte de restrictions budgétaires : la ville de Marseille, l'un des principaux clients de Webenchères, expliquait ainsi avoir réussi à dégager 350 000 euros depuis 2010.

Vendre des cygnes, puis des bus en Ukraine

Fouiller ces sites d'enchères en ligne permet aussi de découvrir des petites histoires de collectivités et d'organismes publics. Prenez la vente en juillet dernier d'un couple de cygnes et d'un cygneau par la mairie d'Hennebont (Morbihan), justifiée pour cause de travaux : l'étang où ils vivaient allait être remplacé par un cours d'eau.

Les articles illustrent aussi indirectement les changements législatifs. Prenez les ceintures de sécurité obligatoires dans les cars : des compagnies de transport de Roumanie ou d'Ukraine achètent ces bus qui ne sont plus aux normes françaises, retrace la chargée de communication de Webenchères.

D'après le site, 85% du matériel part dès la première vente. Parmi les invendus, on trouve notamment régulièrement des Minitel, des écrans cathodiques ou des lots de cassettes VHS.

Emilie Brouze


Vendeur test

Rue 89

https://www.webencheres.com/test
première pagepage précédente12345678910...page suivantedernière page articles / page :
Acheter
|
Vendre
|
S'inscrire
|
Se connecter
|
Liste des articles
|
Mentions légales
|
Qui sommes nous ?
|
Nos vendeurs
|
Aide
|
Contact
|
Revue de presse
| SERV-WEB03

Alsace
|
Aquitaine
|
Auvergne
|
Basse-Normandie
|
Bourgogne
|
Bretagne
|
Centre
|
Champagne-Ardenne
|
Corse
|
Franche-Comté
|
Haute-Normandie
|
Ile-de-France
|
Languedoc-Roussillon
|
Limousin
|
Lorraine
|
Midi-Pyrénées
|
Nord-Pas-de-Calais
|
Pays de la Loire
|
Picardie
|
Poitou-Charentes
|
PACA
|
Rhône-Alpes
|
DOM
|
TOM