Ventes aux enchères > Collectivités et établissements publics > Consulter la presse

Média Vendeur

Perros-Guirec : attention, les enchères seront closes le 25 octobre !

Ouest France, le 21 octobre 2016

Une à deux fois par mois, les services municipaux perrosiens mettent en ligne sur le site Webenchères une partie du matériel dont ils ne se servent plus. Les acquéreurs ont ensuite deux semaines pour enchérir. Actuellement, plusieurs stères de bois, divers appareils et même une jardinière en granit attendent le plus offrant...

Depuis le mois de janvier, la municipalité met régulièrement en ligne des objets dont ses services ne se servent plus.
Les élagages auxquels procède la Maison du littoral permet également de proposer plusieurs stères de bois sur le site Webenchères.
Les enchères se déroulent par cycles de quinze jours, au rythme d'une à deux ventes par mois. Au bout des deux semaines imparties, les articles sur lesquels les internautes ont enchéri partent au plus offrant. La session actuelle s'achèvera le 25 octobre.
Les pièces qui ne sont pas vendues rejoignent le stock et seront à nouveau mises en ligne plus tard.

Les quelques vingt-trois acquéreurs à avoir enchéri sur des articles perrosiens ne l'ont pour l'heure fait qu'une seule fois. Ces acquisitions représentent tout de même des recettes de 22 000 €, réparties entre le coût annuel d'adhésion au site (690 €/an) et les services municipaux concernés par les ventes réalisées.


Mairie de Perros-Guirec

http://bit.ly/2dW3Mc5

https://www.webencheres.com/perros-guirec

Leers : chaises, tables, repasseuse, la ville vend son matériel aux enchères

Nord Eclair, le 11 octobre 2016

C'est une première à Leers. Ce mercredi, les internautes pourront, après s'être inscrits, avoir accès au patrimoine municipal. Sur le site en ligne de vente aux enchères, Webencheres.com, dédié aux collectivités locales et aux établissements publics, on y trouve des chaises, des tables ou encore une repasseuse.

À vos marques, prêts, partez ! Ce mercredi et pour la première fois, la ville de Leers se lance dans la vente aux enchères en ligne. Une idée née sous l'ère de Jean-Claude Vanbelle et validée lors d'un conseil municipal en une délibération : «  Cette décision a été prise il y a quelque temps déjà mais il a fallu un peu de temps pour mettre tout cela en place  », précise Jean-Philippe Andriès, le maire actuel.

« Webencheres.com » est déjà utilisé par de nombreuses villes qui profitent de ce site pour se « débarrasser » d'objets dont elles n'ont plus l'utilité. Pour cette grande première, la ville met en vente des lots de chaises et de tables de bistrot en fer allant de 250 à 300 euros le lot mais également une repasseuse professionnelle à rouleaux à 700 euros.

Meubles « vintage »

«  Plutôt que de jeter des objets à la benne, nous nous sommes dit que certains d'entre eux avaient une valeur marchande  », explique le maire, convaincu également que les produits proposés intéresseront un public, à l'image des tables et des chaises « vintage » très tendance.

Ces objets proviennent tous de la ville, «  les tables et les chaises ont longtemps été utilisées dans les salles polyvalentes de la commune  », précise l'édile. Quant à la repasseuse professionnelle, elle était au foyer logement de Leers. «  Peut-être qu'elle peut intéresser un collectionneur  », suppose-t-il.

Seconde vie aux objets

En quelques clics, les internautes pourront donc acquérir ces objets qui s'offriront une seconde vie. Dès la fin de la vente, vous recevrez alors un e-mail de confirmation vous indiquant que vous avez remporté l'article. Les modalités de paiement et de retrait des articles (jour, heure, lieu, pièces à fournir) seront précisées dans cet e-mail.

Si les résultats sont probants, le maire l'assure, la municipalité «  continuera à proposer des objets  ». À l'heure où les villes sont en quête d'argent pour remplir leurs caisses de plus en plus maigres, voilà une belle opportunité de renouveler ses équipements à moindres frais.

Aurélie Jobard


Bientôt des tondeuses et autres outils de jardin?

Le site Deprat où sont actuellement hébergés les services techniques doit être démoli pour y construire des logements. Le grand ménage. Depuis quelque temps, la ville de Leers nettoie de fond en comble les services techniques de la ville situés actuellement sur le site Deprat voué à al démolition pour y construire des logements. En attendant, les agents des services techniques, paysagistes ou encore électriciens s'apprêtent à déménager dans un local de la zone de Roubaix-Est. La ville, qui loue ce bâtiment à hauteur de 60 000 € par an, pourrait bien, en vendant quelques objets dépassés sur le site des enchères, mettre quelques sous dans sa poche.


Mairie de Leers

http://bit.ly/2euGCKB

https://www.webencheres.com/leers

Webenchèresimmo - L'ancien presbytère de Donville-les-Bains (50) à vendre aux enchères sur le web

France 3 Normandie / Franceinfo, le 3 octobre 2016

La mairie de Donville-les-Bains (50) met l'ancien presbytère en vente, aux enchères. La vente de la maison, située à 500 mètres de la plage, débutera le lundi 14 novembre à 10 heures et sera close le jeudi 17 à 16 heures. La miise à prix est de 180 000 euros.

La commune espère obtenir un meilleur prix aux enchères que lors d'une vente classique. D'une manière générale, cette procédure de vente aux enchères est de plus en plus utilisée par les collectivités territoriales. Le mois dernier, par exemple, l'ancien orphelinat de Vaudrimesnil (50) était à vendre de la même façon. Mais sa mise à prix n'a pas décollé, le bien a été adjugé à 240 000  euros et 10 centimes.

Donvilles-les-Bains (50) se sépare de son presbytère aux enchères

La maison de 134 m2 (7 pièces sur trois niveaux) est mise à prix 180 000 euros. Elle n'est plus habitée depuis l'an dernier, les prêtres ayant été regroupés à Granville. D'après le descriptif de site Webencheres.com, qui se charge de la vente, la maison en pierre de taille date de 1937. Ce sont les élus de Donvilles-les-Bains qui font visiter les lieux aux éventuels acheteurs.

L.A.


Mairie de Donville les bains

http://bit.ly/2eL6ekz

https://www.webencheres.com/donville-les-bains

Webenchèresimmo - La mairie lance les enchères sur le web

Le Parisien, le 27 septembre 2016

C'est inédit. Le maire de Rueil-Malmaison a choisi une plate-forme d'enchères web (webenchèresimmo) pour mettre en vente un bien communal. C'est la première ville d'Ile-de-France à utiliser cet outil, selon le site spécialisé Businessimmo.

Le bâtiment en question sera mis aux enchères au prix de 785 000 €, inférieur au prix fixé par les domaines. Les acheteurs intéressés devront s'inscrire sur le site pour visiter le bien et recevoir un numéro pour participer aux enchères en ligne. La ville retiendra la meilleure offre. Une méthode qui a déjà séduit les communes pour vendre leur mobilier, véhicules ou équipements informatiques sur le site webencheres.com.

La vente de la ville de Rueil-Malmaison débutera le 16 novembre à 12 heures et se terminera le 18 novembre à 15 heures.


Mairie de Rueil malmaison

http://bit.ly/2dHZDd5

https://www.webencheres.com/rueil-malmaison

Merville : qui veut acheter la voiture de police et les fauteuils de ciné ?

L'Indicateur des Flandres, le 22 septembre 2016

La Ville tente de donner une seconde vie aux objets dont elle ne se sert plus. Elle les a mis en vente sur Webencheres.com, vous pouvez les acheter à bas prix.

Il y a les tables d'école dont on n'a plus besoin. Les appareils électriques remplacés. Les outils devenus inutiles. Avant, les objets dont la Ville ne se servait plus étaient entreposés. Ou ils finissaient dans les bennes de chez Baudelet. Mais il y a quatre ans, la municipalité a trouvé une autre solution. « Nous avons cherché comment donner une seconde vie à toutes ces choses qui pouvaient encore être utiles. Et nous sommes tombés sur le site webencheres.com », explique Sylvain Vasseur, du magasin des services techniques.

Qui veut acheter la voiture de police ?

Le principe de ce site internet est simple. C'est un peu Le Bon coin des collectivités locales. « Les institutions publiques peuvent s'inscrire et vendre tout ce dont elles ne se servent plus, l'objet part au plus offrant ». La ville a ainsi vendu 300 pupitres d'école anciens, un bras de fauche, du matériel d'entretien d'espaces verts, du mobilier, des lampadaires… « Tout se vend ! On a des acheteurs du secteur, mais aussi de Roubaix, de Paris, de la Somme… » Qui peut acheter ? Les collectivités, mais aussi les particuliers.

Certaines enchères sont réservées aux professionnels. C'est par exemple le cas de l'ancienne voiture de la police municipale : « Elle n'est plus en état de fonctionner, le moteur est cassé, donc on la vend à un professionnel, qui va pouvoir la remettre en état. » Bien sûr, les autocollants « Police » seront enlevés avant la vente. « De toute façon, l'équipe du site valide chaque annonce, et nous contacte si quelque chose ne va pas. » La Ville ne se contente pas de vendre : « On a acheté deux aspirateurs pour la voirie, à des prix défiant toute concurrence ! »

Pour acheter, la démarche est simple : « Il suffit de s'inscrire gratuitement, et de vous engager à acheter si votre enchère est gagnante. Ensuite, vous prenez rendez-vous pour venir chercher votre bien. » Le paiement se fait à la trésorerie : « C'est du matériel public, alors l'argent ne va pas n'importe où ! Il rejoint les caisses de la Ville. Tout est bien encadré. » C'est pour cela que les collectivités ne sont pas autorisées à passer par des sites de ventes classiques comme Le Bon Coin.

Pour la ville de Merville, ce système de vente aux enchères est un bon plan : il permet de se débarrasser des choses devenues inutiles sans devoir payer la benne. Tout en faisant entrer un peu d'argent dans les caisses de la ville, et en donnant la possibilité à d'autres de s'équiper à prix modique. Allez donc faire un tour sur Webencheres.com. Tables de bureau, matériel de gym ou informatique, vaisselle, tracteur ou même minibus, il y a de bonnes affaires en vue !

H.F


Mairie de Merville

http://bit.ly/2dVWODY

https://www.webencheres.com/merville

Parking. Pornic vend son équipement aux enchères sur le net

Le Courrier du Pays de Retz, le 15 septembre 2016

La Ville de Pornic a mis en vente l'équipement du parking du môle. Mise à prix : 8000€.

Rien ne se perd, tout se vend. La mairie de Pornic utilise régulièrement les sites de ventes aux enchères des collectivités et établissements publics.

Sur le site de webencheres.com, on trouve donc une annonce pour la vente de l'ancien équipement du parking du môle. Comprenez : les deux barrières automatiques, les deux bornes, une caisse automatique, trois caméras (qui servaient à surveiller les barrières) et un enregistreur.

Prix de départ : 8000€. L'enchère a commencé mercredi 14 septembre et se termine jeudi 29 septembre à 17 h.

Le parking du môle  bénéficie donc d'un nouveau système  : deux horodateurs qui veulent connaître votre plaque d'immatriculation.

A savoir aussi, les tarifs ont changé. La première heure est toujours gratuite mais pour deux heures de stationnement, prévoyez 50 cts de plus qu'avant !

Par Guerveur


Mairie de Pornic

http://bit.ly/2f6FrCI

https://www.webencheres.com/pornic

Côtes d'Armor. Ces villes qui vendent leurs affaires aux enchères.

Ouest France, le 28 janvier 2016

Pour se délester du vieux matériel, des collectivités locales ont recours au site brestois Webencheres.com. Perros-Guirec s'y essaie depuis quinze jours.

De la tonne à lisier (630 €) au vieux projecteur (74 €), en passant par des camions poubelles ou des diapositives très anciennes : les ventes de la Ville de Perros-Guirec (Côtes-d'Armor), lancées il y a quinze jours sur le site Internet de Webenchères.com, sont pour le moins éclectiques. Et commencent déjà à ferrer les bricoleurs, chineurs, collectionneurs. « On a déjà 11 enchères sur les diapos, la cabane de chantier, la tonne à eau, une chaise pour bébé… »,énumère Jérôme Guéna, le responsable des services techniques de Perros-Guirec.

[...]

Lire le reste de l'article sur le site de Ouest France : http://bit.ly/1UsOiIV


Mairie de Perros-Guirec

http://bit.ly/1UsOiIV

https://www.webencheres.com/perros-guirec

Versailles vend son matériel aux enchères

Le Parisien, le 27 janvier 2016

La ville de Versailles organise, pour la septième année consécutive et pour la 1e fois cette année, une vente aux enchères publiques du matériel dont elle se sépare. Il s'agit principalement de biens informatiques (écrans, photocopieurs…), de biens d'équipement infantile (lits…), de biens issus du parc automobile (véhicules, nettoyeurs haute pression, tondeuse…) et de mobilier (chaises, fauteuils…).

La vente se déroule sur le site www.webencheres.com, jusqu'au lundi 8 février. Renseignements : venteauxencheres@versailles.fr


Ville de Versailles

http://bit.ly/1KcvlcY

https://www.webencheres.com/versailles

Tourcoing : la Ville se lance dans le web enchères !

La Voix du Nord, le 26 janvier 2016

Comme beaucoup d'autres collectivités locales, la municipalité de Tourcoing s'est lancée dans le web enchères. De la voiture de fonction au bureau de travail, en passant par une tondeuse ou une ancienne balance de puériculture, l'adresse Internet permet aux particuliers de saisir de bonnes occasions et à la mairie d'aérer son stock.

Depuis le 1er novembre, la Ville de Tourcoing propose régulièrement à la vente tout une série d'articles dont elle souhaite se séparer. Sur ce « Bon Coin » municipal, on peut enchérir sur des voitures, scooters, lots de chaises, buffets… mais aussi un éventail de matériel à usage des collectivités (four électrique, cuve, tapis roulant…).

« Nous sommes en constante restructuration, explique Christophe Desbonnet, adjoint aux affaires administratives. D'un côté, nous avons du matériel qui est sous-utilisé, mal utilisé ou plus du tout utilisé. Nous avons donc décidé de nous en séparer. De l'autre, cela nous permet non seulement de faire une économie pour réinvestir, mais aussi d'agir dans le sens du développement durable en recyclant ce matériel. De plus, cette démarche participe à la vente et à la gestion transparente des biens publics », estime l'élu.

Quand le matériel d'un service s'avère « non effectif ou pas assez performant », il regagne donc le stock de mise en vente. Comme de nombreuses autres collectivités locales, la municipalité fait appel à une société basée à Brest, « à qui nous envoyons tous les éléments » et qui se charge de la mise en forme et de mise en ligne des biens à vendre. Qui sont les acheteurs ? « Des collectivités, des professionnels, des particuliers à la recherche de bonnes affaires », énumère Ch. Desbonnet.

« Nous ne sommes pas dans une logique commerciale »

Par délibération du conseil municipal, les mises à prix de départ ne peuvent pas dépasser le montant maximum de 4 600 €. « Au-delà, il faudra en passer par une nouvelle délibération. » Mais la fourchette des prix est large : lors de la dernière vente en ligne, un caisson à roulettes a été emporté pour 5 € ; des bureaux pour 10 € ; une armoire à classeur pour 30 €… « Ce sont toujours de bonnes affaires car le matériel ayant déjà été amorti, la mise à prix est forcément basse. »

Parce que les enchères ne sont lancées que depuis novembre dernier, la Ville n'a pas encore assez de recul pour estimer ce qui part le mieux ou le montant total encaissé jusqu'ici. « De toute façon, nous ne sommes pas dans une logique commerciale ; il s'agit juste pour nous de faire profiter de bons plans, tout en alimentant une caisse commune qui nous permettra d'investir ailleurs. »

Adresse Internet : www.webencheres.com/tourcoing

Florence MOREAU

Photomontage : Hubert Van Maele


Mairie de Tourcoing

bit.ly/1S8uOfi

https://www.webencheres.com/tourcoing

Pont-à-Mousson : la ville mise sur les enchères

L'est Républicain, le 26 janvier 2016

La pratique serait du « gagnant-gagnant ». Depuis quelques semaines, à l'instar de nombreuses autres communes de France, la mairie de Pont-à-Mousson a souhaité mettre en vente son matériel réformé, ou qui n'est tout simplement plus en usage.

« Et faut voir tout ce que l'on vend », glisse, plein d'enthousiasme, Mickaël Steckmann, le directeur de cabinet du maire de Pont-à-Mousson. Ici, l'antique voiture de service de Pierre Blanchard, le directeur général des services, a trouvé preneur à 2.815 euros, là où la mise à prix était de 2.000 billets.

Sur une autre page, c'est une vieille motobineuse, dotée d'un réservoir de moto populaire d'après-guerre qui a changé de mains, contre 131 euros. Mieux. Un lot de radiateur s'est disputé avec force de 19 enchères. « Mis à prix 40 euros, c'est tout de même parti à 300 euros. Ce n'est vraiment pas du gaspillage », jure le directeur de cabinet, tandis que Laurence Ferrero, la première adjointe, plébiscite elle aussi le dispositif. « En plus de rapporter de l'argent à la ville, cela rend service aux gens », explique cette dernière, mettant en avant cette procédure permettant de valoriser le moindre centime. « On récupère de l'argent où l'on peut », jure-t-elle encore.

Contenir le budget

Ailleurs. À Nomeny notamment, il y a quelques semaines, c'étaient des bancs d'école qui étaient proposés à la population via les réseaux sociaux. Là encore, l'aspect financier a été pris en compte mais pas seulement. Dans ce genre d'objets, en provenance d'écoles ou d'anciens cinémas, c'est aussi l'aspect affectif qui incite les habitants à racheter ce petit bout de leur enfance.

De petits trésors de chineurs, qui autrefois pouvaient refaire surface au détour des bennes de tri ou de ventes auprès de professionnels. La crise étant passée par là, désormais, le plus infime objet est mis en vente. Ainsi, sur web-enchères, on trouve aussi une imprimante partie à 11 euros. Gageons que d'autres devraient suivre avec l'impression qui se fait désormais en réseau, sur une grosse photocopieuse collective. De même que quelques téléphones portables.

À noter qu'une page vient également d'être ouverte au nom de la communauté de communes du Bassin de Pont-à-Mousson. Que les chasseurs de bonnes affaires ne s'y précipitent pas tout de suite, aucun objet n'a pour l'heure été mis en vente. Surtout pas une balayeuse publique, comme c'est le cas ailleurs dans d'autres communes.

Quoi qu'il en soit, du plus gros au plus petit objet. La démarche est bénéfique pour la ville, tout autant que pour le contribuable qui voit, par ce biais, une façon de contenir le budget de sa ville.

De là, à compenser la baisse des dotations de l'Etat, il faudra pourtant encore pléthore de ventes similaires. Mais ne dit-on pas « les petits ruisseaux font les grandes rivières ? »

A voir toutes les offres de la ville ou de la com'com en tapant sur la page webenchères/pont-à-mousson, ou Bassin de Pont-à-Mousson.

Emmanuel VACCARO


Mairie de Pont-à-Mousson

bit.ly/1RKJDnH

https://www.webencheres.com/pont-a-mousson
première pagepage précédente12345678910...page suivantedernière page articles / page :